L’épicerie fine des premières nations d’Alexandre / Native Delicatessen, Paris

DSC_0147

J’avais lu il y a quelque semaines des articles sur son Native Delicatessen : une épicerie fine d’arts comme ils aiment l’appeler. Et puis, un jour de flânerie, je suis tombée avec plaisir sur la superbe cachette d’Alexandre Wolf Grauer et Richard Lebon . 11m2 qui regorgent de merveilles et d’histoires passionnantes. Rendez-vous pris avec Alexandre, je reviens une semaine plus tard pour parler avec lui de son histoire et de son épicerie.

Alexandre n’est pas artisan lui-même mais dénicheur de productions artisanales rares. Pour être plus précise, elles proviennent toutes des terroirs des premières nations, et sont le fruit de savoir-faire ancestraux. Elles sont amérindiennes, indigènes ou lapones. Chez Native Delicatessen, on trouve aussi bien des produits d’épicerie fine que de magnifiques objets d’art.

Ouverte en décembre dernier, cette boutique, c’est l’histoire de deux amis de jeunesse,  Alexandre Wolf Grauer et Richard Lebon qui partagent une passion pour l’ethnologie. Richard est découvreur d’anciens sites préhistoriques en Seine & Marne. Alexandre est délégué culturel des iroquois traditionnalistes. Pendant 8 années, il a assuré la promotion de la culture et du système politique iroquois en Europe. Cette mission, il en est sûr, a toujours été sa destinée. C’est une vision qu’il a eu à l’âge de 7 ans qui l’a poussée à aller trouver le peuple iroquois.  La recherche dure un an et demi. En 1995, il les trouve enfin. Ce sont finalement les chefs iroquois qui le nomment délégué, comme si le hasard n’existait pas…

Posez un pied dans la boutique, jetez un coup d’œil et goûtez ses mets aux saveurs inconnues et vous êtes transportés. Les produits d’Alexandre ne ressemblent à aucun autre. Ils sont riches en goûts, en saveurs mais surtout, ils ont tous une histoire incroyable. Un de ses favoris ? Le sirop de bouleau alaskan des terres athapaskanes. Le nom laisse rêveur. L’évaporation se fait à froid, et pour en obtenir litre, pas moins de 110 litres de sève sont nécessaires. Imaginez l’intensité et la douceur en bouche.  Les producteurs ? Dulce et Michael East. Leurs arbres se nourrissent directement dans une source d’eau pure nommée Denali par les Indiens Athapaskans. Les étagères regorgent de nombreux autres trésors: une vinaigrette à la menthe sauvage de Tasmanie, intense et « parfaite avec un avocat et de la brousse de brebis » selon Alexandre (je le crois sans hésitation), une douce confiture de mûre d’Arctique, toute en texture et une étonnante gelée de cèdre blanc du Canada. Ou encore cette moutarde d’Alaska au sirop de bouleau et au zeste d’orange, qu’on imagine parfaitement accompagner de l’agneau ou du veau.

N’attendez plus, courez-y. Il est bon se faire surprendre, ravir, transporter.

55 rue de la fontaine au roi, Paris 11e  / nativedelicatessen.wordpress.com

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s